Warning: Creating default object from empty value in /home/httproot/norpacbio/wp-includes/ms-load.php on line 138
Productivité des écosystèmes et biomasse | Biodiversité positive
Biodiversité Norpac en partenariat avec l'IDDR
LE GUIDE DE LA BIODIVERSITÉ POUR  
Accueil / Productivité des écosystèmes et biomasse

Productivité des écosystèmes et biomasse

Au sein des écosystèmes, les organismes ont deux moyens de subvenir à leurs besoins métaboliques. On trouve :
Source de matière et d’énergie pour subvenir aux besoins métaboliques
Les autotrophes
Sont capables de subvenir seuls à leurs besoins en utilisant le CO2 de l’air et les éléments minéraux comme source de matière. La source d'énergie utilisée est la lumière solaire.
Ce sont les végétaux et certaines bactéries.
MATIERE :
-CO2
-Éléments minéraux

ENERGIE :
Solaire
Les hétérotrophes
Ont besoin de substances biochimiques élaborées pour produire leur propre énergie cellulaire, leur matière et assurer leur survie.
Ce sont les herbivores, carnivores, détritivores, champignons…
MATIERE :
Organique (végétale, animale)

ENERGIE :
Cellulaire
Ces spécificités engendrent des relations, où chaque individu mange le précédent et est mangé par celui qui le suit. On parle de chaîne alimentaire ou de réseau trophique. Les espèces selon leurs spécificités alimentaire et leur mode de production d’énergie ont un rôle bine particulier dans la chaîne trophique.
Rôle dans la chaîne trophique
Les producteurs
Consomment de la matière minérale et produisent de la matière organique. Ils sont autotrophes.
Ce sont les végétaux chlorophylliens…
Les consommateurs
Dépendent directement (herbivores, consommateurs primaires) ou indirectement (carnivores, consommateurs secondaires) de la production végétale et sont hétérotrophes.
Ce sont les animaux…
Les décomposeurs
Dégradent les matières organiques de toutes les catégories, et restituent au milieu les éléments minéraux.
Ce sont les bactéries, les champignons, les invertébrés du sol…
La biomasse est la masse totale de matière vivante présente à un niveau trophique donné dans un écosystème. Elle peut aussi se rapporter à une population donnée dans une communauté. La productivité biologique est l’accroissement, l’accumulation de biomasse en fonction d’un temps donné. Un écosystème productif n’est pas forcément riche en biomasse.
On remarque que plus on monte dans les niveaux trophiques, plus le nombre d’individus et la biomasse diminuent. Il y a par exemple beaucoup plus de phytoplancton que de grands prédateurs comme le requin dans les océans.
La présence des espèces en haut du réseau trophique est généralement signe de bonne santé de l’écosystème : pour simplifier, l’écosystème est assez productif pour assurer la survie des espèces les plus exigeantes en ressources.
Imprimer ImprimerAjouter à mes favoris Ajouter à mes favoris
Crédits
Mentions légales
Site de l'IDDR
Site de Norpac
Maîtrise d’ouvrage
Maîtrise d’oeuvre
Exploitant et maintenance
Usagers
Documents
Expériences
10 concepts clés
Lexique
Bouygues Construction
Norpac est une filiale Bouygues Construction
Université Catholique de Lille
L’IDDR est un institut de l’Université Catholique de Lille
Contactez-nous
Norpac  © Norpac 2011